L'organisation "Opale"

Capture d e cran 2023 01 09 a 15 14 17

Notre époque est marquée par trois factures majeures :

  • Ecologique : la destruction à grande échelle de l'environnement et de la nature. Chaque année nous consommons en moyenne une fois et demi la capacité de régénération de la terre.
  • Sociale : des niveaux d'inégalité odieux et une fragmentation conduisant à la destruction de l'unité sociale. Sur la planète, 8 milliardaires possèdent autant que la moitié la plus démunie de l'humanité soit 3, 8 milliards de personnes.
  • Spirituelle : la croissance régulière du nombre de burnout et de dépressions, conduit à une perte généralisée de sens et à la destruction du Soi. 800.000 personnes se suicident chaque année dans le monde. Le nombre des décès directement ou indirectement liés aux drogues est estimé à 494.000 pour le seule année 2019, soit une augmentation de 17,5% en dix ans.

Pour répondre efficacement à ces problèmes mondiaux majeurs, nous avons besoin d'organisations efficaces, tant au niveau national qu'au niveau international. Une organisation efficace, c'est une organisation capable d'identifier les problèmes et d'y apporter des réponses consensuelles et utiles, approuvées et soutenues par la majorité des gens.

Le problème, c'est que la majorité des organisations humaines, qu'elles soient des entreprises, des organisations politiques ou religieuses, utilisent des structures et des modes de fonctionnement qui n'ont pas progressé depuis des centaines, voire des milliers d'années.

C'est ce que Frédéric Laloux analyse dans son livre « Reinventing Organizations » (Les Éditions Diateino, 2015). Des exemples ?

  • L'Eglise Catholique fonctionne toujours sur un modèle organisationnel qui a vu le jour en Mésopotamie, 4000 ans avant notre ère, une société stratifiée en castes rigides fondé sur une mythologie et des règles révélées régissant le bien et le mal, avec une structure pyramidale autocratique et bureaucratique.
  • Cette structure pyramidale est d'ailleurs toujours prégnante, même dans les démocraties. Nous en savons quelque chose en France où le système de la Ve république fait remonter presque toutes les décisions au niveau du Président de la république ; d'où la persistance de prblèmes récurreents apparemment insolubles.
  • La révolution scientifique et industrielle, a donné naissance à l'entreprise capitaliste. Elle est pensée comme une machine et utilise un langage d'ingénieur : unités et niveaux, entrées et parties, rendement et efficacité, leviers à activer et censeurs à déplacer... Dans l'entreprise, les êtres humains sont considérés comme des ressources soigneusement positionnées comme les rouages d'une machine. Le mantra du management de l'entreprise est fondée sur la compétition et l'innovation. Les besoins fondamentaux ayant été satisfaits, on s’efforce d’en créer de nouveaux. On recherche la croissance pour la croissance, en surexploitant les ressources naturelles en détruisant les écosystèmes vitaux. « La métaphore mécanique, écrit Frédéric Laloux, révèle l’énergie et le dynamisme des organisations de ce type mais montre aussi à quel point elles sont mortes et sans âme ». Les tenants de l’entreprise capitaliste, les "experts" du management, prétendent corriger les anciennes structures bureaucratiques comme l'école ou l'hôpital, en y introduisant les méthodes de l'entreprise qui ont déjà prouvé leurs limites. C'est ce qui explique en grande partie la crise du système scolaire et du système de santé qui nous accable aujourd'hui.

En s’appuyant sur les résultats d’une recherche conduite pendant des années, Frédéric Laloux annonce la naissance d’un nouveau type d’organisation - l’organisation « Opale » - s’appuyant sur trois avancées majeures :

  •  L’auto-gouvernance : les hiérarchies pyramidales et bureaucratiques sont transformées en systèmes fluide et efficaces d’autorité distribuée et d’intelligence collective.
  • La plénitude : des processus nouveaux permettent aux membres de faire tomber leur masque professionnel, de revendiquer leur intégrité et de venir au travail tels qu’ils sont. « Nous libérons un énorme surcroît d’énergie quand nous laissons tomber le masque et sommes pleinement nous- mêmes. » Ecrit Frédéric Laloux.
  • La raison d’être évolutive : au lieu d’essayer de prévoir et de maîtriser l’avenir, les membres sont invités à comprendre ce que l’organisation est appelée à devenir et la direction qu’elle emprunte naturellement.

Il faut lire le livre de Frédéric Laloux, qui nous ouvre une voie nouvelle pour penser l’avenir face aux problèmes apparemment insolubles du monde moderne. Vous trouverez dans la rubrique « Outils de formation » du site une présentation visuelle qui résume sa pensée : https://www.approchescooperatives.org/pages/formation/l-organisation-du-5eme-type.html

Auto-gouvernance intelligence collective leadership partagé

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire